Assaad Bouab nous raconte son Rabat

Assaad Bouab, acteur devenu international et qui a fait ses premiers pas au cinéma avec l’incontournable Marock raconte sa ville d’enfance, quelques heures avant d’aller à Barcelone et aux Iles Canaries où il tourne une série pour Arte.

Né à Aurillac en France, celui qui a fait chavirer les cœurs avec le rôle de “Mao” dans le film de Leila Marrakchi, a vécu enfance et adolescence à Rabat. “Rabat est tout simplement la ville de mon enfance, la ville où j’ai grandi. La ville des première fois … premier amour, premier 0/20, premier slow, première cuite, premières larmes, premier fou rire, premier tags….. La liste est longue. Et je ne me souviens pas de tout, contrairement à elle » confie Assaad.

Passionné de sport, sa passion pour le théâtre le rattrape au lycée. « Rabat n’a pas vraiment joué un rôle dans ma carrière vu que je n’y ai pas travaillé souvent, et que mon métier m’emmène généralement ailleurs. Mais c’est la ville où j ai mis la première fois les pieds sur scène. J’ai joué une fleur dans Alice aux pays des merveilles… Silence ça pousse« , ajoute l’acteur nostalgique d’un passé heureux et insouciant.

Il a quitté Rabat pourtant à 18 ans pour Paris où il tente de poursuivre des études d’économie et gestion. Au bout de 2 ans, il décide d’assumer sa passion pour le théâtre et s’inscrit aux Cours Florent. Le destin fait que sa carrière décollera grâce à un film marocain. “Quand j’étais plus jeune, je faisais souvent le tour de Rabat la nuit en voiture. Et quand on roule sur la côtière, en direction des Oudayas, avant d’y arriver, il y a une montée ; c’est si vous voulez au niveau du tunnel. Et quand j’arrivais tout en haut, je ralentissais car il y a une vue imprenable de Rabat (Oudaya, rue des consuls, mausolée, tour Hassan, Bouregreg,….) qui ne dure que quelques instants. Instants magiques… L’impression d’être en apesanteur pour quelques précieuses secondes”.

L’acteur reviendra des années plus tard à ses premiers amours et décide de s’installer à Rabat, quitte à faire des aller-retours à Paris, en France, et dans le monde. “Je ne sais pas si elle a quelque chose de plus que les autres… C’est, pour nous Rbati, la ville où on se sent le mieux. Son rythme, ses habitants, sa verdure, ses lieux de tous les jours…. “. Pourtant Rabat est sa ville qu’il aime tant même si elle n’a rien de plus que les autres villes. A la question qu’est ce qu’il lui manque le plus quand il est loin d’elle, il répond tout simplement : “Mes parents”. Tout simplement…

Commentaires