Mouna R’miki, la plus new yorkaise des Rbatis

Elle est l’exemple même que l’on peut changer le cours de sa vie par la force de la passion. Mouna R’miki, jeune actrice qui a mis de côté une vie  parisienne paisible et en toute sécurité pour vivre son rêve américain de plein fouet, enchaîne les projets et les rencontres. Après une pièce en Off de Broadway qui a fait du bruit et un court métrage « The guest » qui fait le tour des festivals, la plus new-yorkaise des Rbatis vient se ressourcer à la capitale quelques jours. The Rabat Tribune l’a rencontré pour vous !

Pétillante et naturelle, l’actrice Mouna R’miki se fraye un chemin à Broadway doucement et sûrement. Il y a 3 ans, elle décide de quitter une vie paisible à Paris où elle travaille dans le département marketing de la chaîne Eurosport. Rien que cela ! Après une scolarité brillante au Lycée Descartes à Rabat et des études à l’ISCAE, elle continue son chemin, à Paris, à l’ESCP. Elle qui a toujours rêvé de devenir actrice et qui commençait à suivre des cours à Rabat, se retrouve dans une troupe de comédie musicale à la grande école de commerce parisienne. Elle se retrouve au Théâtre Dezajet et ne veut plus jamais quitter la scène. Elle quitte alors Paris pour faire le conservatoire à New York.

C’est à Rabat que j’ai fait ma premiere planche, “Woyzeck” de Georg Büchner ; que j’ai pu faire des cours d’impro quand cela était encore rare et difficile à trouver ailleurs au Maroc, ce qui m’a permis d’être certaine que ma passion allait être un choix de vie

explique l’actrice de talent.

Rabat représente ma maison, mon petit havre de paix, mon cocon quand j’ai besoin de me ressourcer, mes souvenirs d’ado, mes premières amours, mes fortes amitiés

Entre Paris, New York , Mouna Rmiki trouve en Rabat la capital qui a su garder son côté zen. Une ville où elle aime se perdre dans la vieille medina, là où elle peut profiter des Oudayas, du Chellah, des vieux cinémas, des immeubles d’antan. “Le Rabat historique plein de mémoire et de force”. Aujourd’hui elle continue son chemin. Après avoir joué dans “Saga” de Othman Naciri, elle defend son court métrage “The guest” qui fait le tour des festivals du moment et qui a meme gagné un prix mention special à Los Angeles. Avant de regagner son Broadway et ses projets de théâtre et de cinéma, la jeune actrice n’oublie pas Rabat, synonyme de sa famille, amis et son thé aux Oudayas…

Ci-dessous un extrait de The Guest : 

Commentaires