Qui est Nadeer, le #1 du R&B marocain ?

En l’espace de deux titres (Walou et Ti9 Frasek), Nadeer s’est imposé comme un artiste leader incontournable du R&B made in Morocco. The Rabat Tribune est allé à la rencontre de ce pur rbati pour mieux comprendre son parcours et connaître ses ambitions.

Qui est Nadeer ? 

Nadeer a grandi a Rabat, puis a fait des études en Hospitality management en Suisse et un master en Project management à Paris. Je travaille actuellement dans l’évènementiel tout en me donnant les moyens de réaliser mon rêve qui est de chanter. La musique est un rêve que je nourris depuis tout petit. Je gravite dans ce milieu depuis toujours : j’ai fait du solfège, du piano et ai  fait partie d’une chorale pendant plusieurs années. Aujourd’hui, mes inspirations musicales sont plus Michael Jackson, Usher, Chris brown, Justin Timberlake, Neyo, Craig David, Jason Derulo et Bruno Mars.

 

Quelles sont tes motivations ?

Ce qui me motive, c’est tout simplement le fait qu’on n’a qu’une seule vie et que peu de personnes osent réaliser leurs rêves, même quant elles le peuvent, et je ne veux pas faire partie de ces personnes là, je me donne ma chance à fond, et le reste on verra après. Au fur et à mesure que j’avance, je vois mon rêve se réaliser sous mes yeux, et ça continue de m’encourager. Une de mes autres motivations c’est les gens qui essaient de me décourager. C’est quand ces gens là commencent à parler que tu sais que tu les a dérangés et que ce que tu fais deviens, on va dire, sujet à controverse. Mes objectifs de carrière pour le moment sont de préparer mon album avec le label DBF, un album qui sera je l’espère à la hauteur de ce que les gens qui me supportent et qui m’accompagnent attendent de moi.

 

Tu as commencé à chanter en anglais, pourquoi être passé à la darija ?

C’est vrai qu’à la base ma préférence est de chanter en anglais mais j’avoue que moi aussi j’ai découvert que je pouvais chanter en arabe à la manière américaine et ce grâce à Don Bigg. Le R&B est un style de musique américain urbain et il doit être pris et considéré en tant que tel. Maintenant, afin de toucher le public marocain, il fallait remplacer l’anglais par la darija tout en choisissant des mots qui ne soient pas agressifs pour l’oreille afin de donner une sonorité américaine et tout en parlant de sujets que tout le monde vit au quotidien ou à une période de sa vie.

Quel rôle a joué Don Bigg dans le lancement de ta carrière ?

Don Bigg est mon producteur, mon manager (via le label DBF) mais aussi un grand frère et un très bon ami ; c’est quelqu’un de sincère et d’honnête et que je considère comme un des meilleurs exemples au Maroc car il a réalisé son rêve, continue à vivre son rêve et aide d’autres personnes à réaliser le leur quand il considère qu’elles ont le potentiel pour et les qualités requises. C’est ce qu’il fait avec moi et je le remercie énormément et lui suit très reconnaissant.

Comment évalues-tu justement le niveau de développement du R&B au Maroc ?  

Le public R&B au Maroc est présent et commence tout juste à le découvrir. Je m’explique, il n’y avait pas réellement de chanteur R&B au Maroc suivant les normes américaine de ce genre de musique, maintenant ce style se développe et les gens apprécient. De plus, je considère que mes chansons peuvent être exportables à l’état actuel des choses car premièrement on dirait de l’anglais lorsque tu écoutes sans te concentrer sur les paroles. Deuxièmement, l’anglais est bien arrivé à nous, ce qui veut dire que la darija peut bien arriver à eux également, car si les langues peuvent représenter des barrières, la musique et les normes musicales font le pont reliant les deux bords. Cela dit ca ne veut pas dire que je chanterais tout le temps en darija ou que je ne chanterais pas en anglais ou en francais ; je parle trois langues et je compte bien les exploiter.

  

Où en es tu dans la préparation de ton album ?

Je suis actuellement en pleine préparation de l’album, je ne sais pas encore combien de titre il y aura dans l’album ni le nom de celui-ci. Par contre, la thématique de l’album tournera autour des différentes attitudes et comportements de Nadeer en tant que personne. Walou mon premier single parlait d’une déception amoureuse que la majorité de personnes ont du connaitre au moins une fois dans leur vie, évoquant déception, tristesse … A l’inverse, Ti9 Frasek, qui est mon deuxième titre, est plus dans la motivation, messages forts d’espoir et d’enthousiasme disant que rien n’est impossible et qu’il faut poursuivre la quête de réalisation de ses rêves. Le reste de l’album suivra donc cette thématique mettant en relief à chaque fois un aspect de ma personnalité, mes expériences passées ou mes attitudes face à certaines situations auxquelles la vie nous confronte.

 

Comment construis-tu tes chansons ?

En général, Don Bigg me prépare une panoplie d’instrus et me les fait écouter ; ensuite dès que je tilte sur une je lui fait savoir avec le feeling que j’ai dessus et le sujet que m’inspire cet instru. On se met ensuite en marche à l’atelier d’écriture DBF pour aller dans le sens de ce que je ressens lorsque j’écoute la chanson. Lorsque l’écriture est finie on prépare un topline, une sorte de maquette ou on pose grosso modo la mélodie chantée et les paroles fraichement écrites, ensuite vient l’étape de l’enregistrement final, le mixage et le mastering.

 

Tu as grandi à Rabat puis y est revenu après tes études, quel rôle joue la ville dans ta vie ? 

Rabat en fait c’est ma vie, c’est la ville où j’ai grandi où j’ai tous mes souvenirs étant adolescent, âge ou tu fais les pires choses et c’est surtout la ville ou j’ai tous amis et toute ma famille, donc Rabat c’est vraiment … ma vie. A Rabat, mis à part lorsque je suis au boulot, si je ne suis pas à la salle de sport ou à la plage je suis au restaurant de mon père où se produit un groupe avec lequel j’adore jouer pour m’amuser et me défouler.

J’ai tellement de bons souvenirs qu’il est très difficile pour moi d’en choisir un alors je vais t’en citer quelques uns en vrac comme ça : les années collège et lycée, les soirées pre et post bacs avec mes amis, les étés à la plage avec les amis et les années ou je faisait partie de la chorale.

 

Ton clip pour Ti9 frasek est très beau, comment l’as tu produit/filmé ?

Merci déjà pour ton feedback positif sur le clip ; celui ci à été produit et réalisé en collaboration avec Khalid Douache un réalisateur connu sur le marché marocain. Il a été filmé dans les rues de Casablanca et dans un hangar dans une zone industrielle Casablancaise.

 

Ci-dessous le clip :

 

Commentaires